Toggle navigation
TimFaitSonCinema

SANGLIERS D’AURÉLIEN DELSAUX

  • Actualité
  • Lecture



Les Feuges est un petit hameau situé en Isère, entre Lyon et Grenoble, sorte d’exemple parfait d’un nouvel espace périurbain, où les lotissements sont remplis d’une population venue chercher des loyers moins chers et une vie à la campagne et où les commerces et les traditions se meurent petit à petit. Pendant plusieurs années, on va suivre l’évolution de plusieurs personnes vivant dans un espace en profonde mutation.

Mon papa ayant entendu que ce livre se déroulait dans une commune (fictive, autant le dire d’entrée de jeu)  de l’Isère, pas si loin de là où j’habite, et qu’il avait été plutôt bien reçu par la critique, il a décidé de me l’offrir. Bien lui en a pris car si j’ai mis du temps à rentrer dedans (j’ai du mal à savoir si c’est le livre en lui-même ou bien tout ce qui se passait dans ma vie personnelle quand je l’ai commencé), c’est vraiment le genre d’œuvre qui finit par prendre le lecteur et à ne plus le lâcher. Il faut se faire au départ à un rythme assez singulier, qui passe d’un personnage à un autre, entrecoupé d’histoires ou de légendes du coin. On ne comprend pas toujours tout dans les cent premières pages car tout est fait pour que l’on rentre dans ce village, et les familles qui l’habitent comme un observateur qui ne saurait presque rien de ce qui s’y trame. Assez vite, on va comprendre tous les enjeux qui se trament, autour du seul bistrot du coin ou encore avec le Chef, cet homme répugnant mais respecté.

 

La galerie de personnages est fournie, et on peut regretter que certains soient un peu trop caricaturaux par moments et que d’autres soient oubliés en cours de route, mais cette dimension de fresque est quand même assez impressionnante puisque les générations se croisent...

  •  Timothée
  •  26.01.2018, 17:30

LETTRE AU RUGBY

  • Actualité
  • Sport-Divers



Cela fait un certain temps que je trouve que cette discipline évolue dans la mauvaise direction. Et je me considère en quelque sorte comme complice des modifications dans ce sport en continuant à le regarder à la télé quand je le peux. Mais je n’avais encore jamais franchi le pas de me dire qu’il fallait que j’arrête de m’y intéresser afin d'arrêter de cautionner tout cela.

Je crois que les images d’hier soir (un jeune joueur mis KO par une charge et soigné pendant de longues minutes sur le terrain, avec des draps blancs autour, comme lors d’une scène de crime) m’ont définitivement fait basculer et me font m’interroger très sérieusement sur le fait de regarder ou pas les prochaines échéances télévisées et notamment le Tournoi des VI Nations.

Ça valait bien une petite lettre d'explication...

 

Cher Rugby,

Dans mon lien avec le sport, tu as forcément une place importante. Parce que, d’abord, tu es l’une des disciplines les plus accessibles au niveau télévisuel puisqu’il y a beaucoup de rencontres diffusées sur des chaînes en clair, que ce soit au niveau international ou européen. Et puis, ce sont de nombreux souvenirs d’enfance, notamment cette deuxième mi-temps magique contre les Blacks, en demi-finale de la Coupe du Monde 1999, ou encore ces samedi après-midi d’hiver passés avec mon papa à regarder un France-Irlande ou un bon vieux Crunch des familles...

  •  Timothée
  •  08.01.2018, 17:30

ÇA Y EST, C’EST FINI…

  • Actualité
  • Cinéma-Divers


Eh oui, les critiques après chaque film que je vais voir, c’est terminé… Onze ans après ma première critique – The Fountain, film évoquant de façon originale la mort –, c’est avec Coco – dessin animé des studios Pixartraitant le même sujet à sa manière –, que la boucle est bouclée…

Ce n’est pas une décision qui a été forcément facile à prendre, parce que c’est quelque chose que je fais depuis onze ans maintenant et que j’y avais vraiment pris goût. Mais mes priorités ont évolué au fil du temps et, comme vous l’avez sans doute remarqué, je vais de moins en moins au cinéma. De plus, je vois les films longtemps après leur sortie, ce qui fait que la critique arrive alors que le long métrage n’est souvent même plus à l’affiche. Et puis, pour être tout à fait honnête, j’ai de plus en plus de mal à écrire les critiques. Là où c’était un plaisir auparavant, c’est devenu davantage une contrainte. Pour toutes ces raisons, tout cela n’a plus beaucoup de sens.

Cette « aventure » a commencé il y a maintenant onze ans quand j’ai décidé de tenir un petit cahier dans lequel je mettrais mes impressions sur les différents films que j’irais voir. Au départ, c’était juste pour me souvenir des sentiments que j’avais eus en les visionnant et en garder une trace. Et puis, de fil en aiguille, j’ai créé un Skyblog (eh oui !) puis un site dans lequel j’ai scrupuleusement consigné toutes mes critiques qui, au fil du temps, se sont considérablement étoffées. A rebours de la mode actuelle, qui fait de la des cent quarante caractères l’apanage de...

  •  Timothée Tainturier
  •  31.12.2017, 12:00

15  COCO

affiche_du_film Miguel est un jeune garçon mexicain qui rêve de devenir le même musicien connu que la gloire de son village, Fernando de la Cruz. Mais, dans sa famille, personne ne veut entendre parler de musique depuis la disparition d’un arrière-arrière grand père… Lors du Jour des Morts, il brave les interdits pour se présenter à un concours de guitare. Mais il ne sait pas dans quelle aventure il se lance…

Autour d’une trame finalement assez convenue, même si elle comporte son petit lot de surprises, les studios Pixar réussissent une nouvelle fois à nous émerveiller grâce à une qualité esthétique impressionnante et à nous émouvoir avec des thèmes universels traités avec beaucoup de délicatesse. Un bon cru.

14  A BEAUTIFUL DAY

affiche_du_film Joe est un vétéran de l’armée américaine torturé qui est devenu tueur à gages. Un jour, il est embauché pour retrouver la fille d’un sénateur qui a disparu. Il va alors s’enfoncer dans une spirale de violence…

Film d’ambiance, très simple dans sa forme mais plus complexe qu’il y paraît dans son fond, A beautiful day est un long métrage par moments impressionnant mais qui n’est pas complètement abouti. Il est surtout porté par un Joaquin Phoenix qui est de tous les plans et qui est tout simplement sensationnel.