Toggle navigation
TimFaitSonCinema

LE LAMBEAU DE PHILPPE LANÇON

  • Actualité
  • Lecture



Philippe Lançon est journaliste à Libération mais aussi à Charlie Hebdo. Il se trouve dans la salle de rédaction au matin du 7 janvier 2015 lorsque survient l’attentat. Il y survit mais il laisse dans cette horreur une partie de son visage, de nombreux amis ainsi que, tout simpelement, sa vie d’avant. C’est cet épisode et sa reconstruction à l’hôpital qu’il raconte dans ce livre.
 

Ce fut l’un des livres événements de l’année 2018 et, pour beaucoup de critiques, il aurait mérité le Prix Goncourt. Il n’aura finalement eu « que » le Prix Femina ainsi qu’un prix « spécial » Renaudot, ce qui n’est déjà pas si mal, me direz-vous. De mon côté, il m’aura fallu attendre environ un an après sa sortie pour m’y mettre, même si cela faisait un certain temps que je m’y intéressais de près. Pourtant, je ne connaissais pas ce journaliste, également auteur de deux romans, ne lisant guère ni Libération, ni Charlie Hebdo. Mais le peu que j’avais pu entendre sur ce roman me donnait vraiment envie de le lire et je me dis rétrospectivement que j’ai vraiment bien fait car Le Lambeau est une œuvre qui, si elle n’est pas forcément facile à appréhender au départ, n’en reste pas moins d’une puissance assez exceptionnelle. On entre pendant presque neuf mois dans la vie de cet homme, victime de l’un des événements à la fois les plus dramatiques mais aussi emblématiques depuis le début du siècle en France. Et, même en finissant le roman, on n’a pas l’impression d’en sortir complètement, d’autant que le livre, dans un écho absolument terrible mais malheureusement attendu, se termine sur l’évocation des attentats du 13 novembre, comme un cauchemar qui ne veut pas se terminer. Philippe Lançon, lui, est à ce moment-là...

  •  Timothée
  •  29.04.2019, 18:00

AUF WIEDERSEHEN DIRK

  • Actualité
  • Sport-Divers



Ce n’est pas forcément une surprise mais la nouvelle de sa retraite m’a quand même fait un sacré choc hier matin quand j’ai appris qu’il l’avait annoncé officiellement. Dirk NOWITZKI, mon joueur de basket préféré depuis bien longtemps, a joué son dernier match de NBA cette nuit. C’est toujours à travers son parcours et ses performances que j’ai suivi le basket américain et l’année prochaine, je me sentirai un peu « orphelin ».

Mais, aujourd’hui, il est surtout temps de lui rendre l’hommage qu’il mérite.

Cette nuit, Dirk Nowitzki a donc officiellement joué son dernier match NBA, sur le parquet des San Antonio Spurs, le grand rival de son équipe des Dallas Mavericks qu’ils ont affronté de nombreuses fois lors de joutes mémorables en play-offs. Ces derniers lui ont offert un hommage magnifique et Nowitzki n'a pu retenir ses larmes devant tant d'émotion. Il avait annoncé la nuit précédente, lors de son ultime apparition sur son parquet fétiche de l’American Airlines, qu’il mettait un terme à sa formidable carrière de joueur, entamée en 1998 et qui s’était toujours déroulé au sein de cette équipe. Assurément la fin d’une époque à la fois pour la franchise de Dallas qu’il a incarné pendant presque vingt ans et même pour la NBA dans son ensemble (il reste en activité encore Vince Carter en dernier « survivant » des draftés dans les années 90). Et pour moi également, car c’est avec lui que j’ai découvert la NBA et que j’ai appris à apprécier cette compétition (même si, au fond, je préfère le basketball plus tactique et intense joué dans les gros matchs européens). C’était devenu un rituel pour moi depuis de nombreuses années de me réveiller le matin...

  •  Timothée
  •  11.04.2019, 08:15

AU FEU, LES POMPIERS DE M.J. ARLIDGE

  • Actualité
  • Lecture



Trois incendies simultanés se déclarent dans la nuit de Southampton. Ils touchent aussi bien des lieux industriels qu’une habitation et laissent derrière eux une personne morte et de nombreux blessés. Ça ne peut pas être un hasard, d’autant que le scénario se répète la nuit suivante. Le commandant Helen Grace va devoir mener l’enquête, au risque de s’y brûler les doigts…

Intrigué par quelques publicités dans des magazines, mon envie en ce moment de lire des polars (ça me prend par périodes, sans trop d’explication), et par le titre assez ridicule en français (mais qui s’explique quand on voit les traductions des titres des premiers romans de l’auteur, qui sont souvent des comptines), je me suis laissé tenter par la découverte de l’univers de M.J. Arlidge avec ce livre. Cet auteur anglais a publié pas moins de dix ouvrages (huit « vrais » romans et deux plus courts) en cinq ans, toujours centrés autour du même personnage principal, l’officier de police Helen Grace, et de la même ville, Southampton (que je connais surtout au départ pour son club de foot). Autant dire que le bonhomme est prolifique, d’autant qu’il continue en parallèle ses activités de producteur et scénariste pour la télévision. D’ailleurs, la traduction française a du mal à suivre puisque les édutions Les Escales ont trois livres de « retard » sur la publication en Angleterre… Liar Liar (le titre original) est son quatrième roman et, de façon assez claire, il s’inscrit dans une logique de série avec des rappels (pas trop prononcés non plus) des épisodes précédents et une fin qui annonce de façon assez évidente un tome suivant avec des rebondissements possibles. Mais est-ce que ça donne envie de lire d’autres livres de l’auteur, car c’est, selon moi, un peu la question...

  •  Timothée
  •  10.04.2019, 20:00

LA FILLE DU TRAIN DE PAULA HAWKINS

  • Actualité
  • Lecture



Alcoolique, quittée par son mari, au chômage, obligée de louer une chambre chez une amie, Rachel voit peu à peu sa vie lui échapper. Ses trajets quotidiens en train lui offrent une sorte de bouée d’oxygène, surtout quand elle passe devant cette maison habitée par un couple qu’elle idéalise sans même connaître. Quand, un jour, la femme est à la une des journaux à cause de sa disparition, Rachel va se sentir obligé de participer à l’enquête à sa manière…

Cela faisait un certain temps que ce roman me faisait de l’œil. Sorti il y a bientôt quatre ans et premier ouvrage d’une écrivaine britannique, il est devenu un phénomène d’édition à travers le monde, avec des millions d’exemplaires vendus et une adaptation qui n’a pas trainé (le film est sorti il y a deux ans et demi maintenant). Il était donc temps que je m’y mette et, malgré ses 450 pages en poche, la lecture n’a pas vraiment trainé. Pourquoi ? Principalement parce que c’est un vrai page-turner qui, s’il met un peu (trop) de temps à mettre véritablement l’intrigue en place, pousse ensuite le lecteur à toujours continuer la lecture afin de découvrir ce qu’il va se passer par la suite. De ce côté-là, il n’y a pas grand-chose à redire et l’auteur parvient à nous plonger dans une ambiance de thriller psychologique qui ressemble un peu au film Gone Girl (adapté du livre Les apparences de Gillian Flynn, que je n’ai pas lu). C’est dommage que la résolution de l’affaire n’offre pas forcément une énorme surprise, de telle sorte qu’elle m’a même semblé un peu bâclée, comme si l’auteur ne savait pas vraiment comment faire retomber son histoire.

 

Mais ce qui m’a le plus dérangé, au-delà d’une écriture loin d’être exceptionnelle,...

  •  Timothée
  •  03.04.2019, 17:30

LEURS ENFANTS APRÈS EUX DE NICOLAS MATHIEU

  • Actualité
  • Lecture



1992, 1994, 1996, 1998. Quatre étés dans la vie d’adolescents issus d’une ville de l’est de la France qui connaît la désindustrialisation et ce que ça implique, en termes de désœuvrement et de consommation d’alcool. Leurs espoirs vont-ils se fracasser devant une réalité loin d’être rose, mais aussi devant leurs propres médiocrités ? C’est leurs histoires mais aussi celles de toute une vallée qui semble avoir été mise de côté.

C’est seulement le deuxième roman pour cet auteur venu des Vosges mais c’est déjà un coup de maître puisque Leurs enfants après eux a remporté en 2018 la plus grande récompense pour un livre français à savoir le Prix Goncourt. Aux animaux la nuit, sa première œuvre, avait été remarqué, au point d’être adaptée en série en fin d’année avec Roschdy Zem dans le rôle principal. C’est donc dire si la carrière de ce « jeune » auteur est déjà lancée sur de bons rails. Etant donné le très faible nombre de livres (notamment français) que je lis dans une année, je ne peux en aucun cas me prononcer pour savoir si ce Goncourt est mérité mais il semble qu’il n’y ait pas eu de grandes polémiques du côté des critiques, chacun reconnaissant la qualité de l’œuvre. Personnellement, c’est un livre que j’ai trouvé assez marquant et duquel il n’est pas facile de véritablement se détacher tant, au fil des pages, on est devenu proche de ces personnages principaux qui sont pourtant assez éloignés de ce que j’ai pu connaître au cours de ma jeunesse. Il y a d’abord une question de génération puisqu’il s’agit là de cette d’avant, celle née au début des années 80. Mais aussi de lieu de naissance puisqu’ici, Heillange (ville fictive qui fait forcément penser à Hayange, en Moselle) se situe au plein cœur d’une vallée dévastée par la fin...

  •  Timothée
  •  18.03.2019, 18:00