Toggle navigation
TimFaitSonCinema

AU REVOIR OLE EINAR BJØRNDALEN

  • Actualité
  • Sport-Divers



Une drôle de page du biathlon se tourne aujourd’hui puisque le légendaire Ole Einar Bjørndalen, surnommé le « Patriarche du biathlon » ou le « Cannibale », a décidé de prendre – à quarante-quatre ans, rien que ça –  sa retraite sportive. A peine plus de vingt-cinq (!) ans après sa première participation en Coupe du Monde, il tire sa révérence. Alors que l’on commençait à le croire immortel, c’est bien un mythe vivant qui se retire d’un sport qu’il a grandement contribué à médiatiser !

 

Pour moi qui suit le biathlon depuis plus de quinze ans, c’est une étrange sensation puisque j’ai toujours connu ce sport avec lui, et je l’ai (presque) toujours vu dominant ou en tout cas comme une figure majeure. Si ce n’est ces quelques dernières années où il n’était plus capable de lutter sur la longueur d’une saison (même s’il a quand même fini neuvième de la Coupe du Monde l’an dernier) mais restait toujours dangereux sur des courses d’un jour (titré à Sotchi en 2014 sur le sprint ou encore médaillé de bronze l’an dernier sur la poursuite des Mondiaux), Ole Einar Bjørndalen a toujours régné sur le biathlon, étant par exemple treize fois consécutivement sur le podium de la Coupe du Monde (entre 1997 et 2009, date de son dernier gros globe). Quand j’ai commencé à suivre ce sport – aux débuts des années 2000, les combats avec Raphaël Poirée, ou encore les allemands Fischer ou Gross faisaient le sel de courses souvent épiques. Lui avait comme caractéristique principale d’aller très vite sur les skis, alors que ses rivaux étaient davantage des tireurs, opposition de style...

  •  Timothée Tainturier
  •  03.04.2018, 13:00

LA DISPARITION DE STEPHANIE MAILER DE JOËL DICKER

  • Actualité
  • Lecture



En 2014, une jeune journaliste, Stephanie Mailer, disparaît après avoir affirmé à un policier qu’il s’était trompé de coupable dans une affaire vieille de vingt ans. Le maire de la ville d’Orphea, sa famille, et une passante ont été assassinés le jour de la première du tout nouveau festival de théâtre de la ville. Les événements refont donc surface et c’est une nouvelle enquête que Jesse, aidé de Derek, son compagnon de l’époque, et d’Anna, une flic coriace, va devoir mener…

 

Avec le dernier Ferrante, le nouveau Joël Dicker était vraiment le roman que j’attendais le plus en ce début d’année (je ne suis donc pas très original puisque je pense que ce sont les deux plus grosses ventes depuis janvier…).En effet, j’avais été vraiment bluffé par le deuxième roman de ce jeune auteur suisse (La vérité sur l’affaire Harry Québert) et si son livre suivant (Le livre des Baltimore) m’avait un peu moins convaincu, il n’en restait pas moins que j’avais vraiment envie de me faire mon idée rapidement sur cette Disparition de Stephanie Mailer. Plus de six-cent pages, avalées en un peu moins d’une semaine (avec des contraintes qui m’ont empêché d’aller plus vite), ça montre bien que ce livre se lit bien et que, une fois que l’on a commencé à plonger le nez dedans, il n’est pas facile de vraiment s’en détacher. Pour autant, est-ce un bon roman ? J’aurais du mal à dire que c’est mauvais, puisque l’intrigue m’a quand même happé et que certains éléments m’ont plu. Pour autant, j’ai trouvé l’ensemble...

  •  Timothée
  •  15.03.2018, 18:30

BILAN DES JO 2018 - BILAN PATINAGE ARTISTIQUE 2/2

  • Actualité
  • Sport-Divers



RETROUVEZ AUJOURD'HUI LA DEUXIÈME PARTIE DE CE BILAN

PREMIÈRE PARTIE ICI

Avec le patinage artistique, on parle là d'une discipline historique des Jeux Olympiques, en 1924 à Chamonix, ce sport était déjà présent pour la première édition des Jeux d'Hiver. Mieux, en 1908, lors des Jeux d'Eté de Londres, il y avait une compétition de patinage artistique ! Depuis, cela a toujours fait partie des temps forts et, en France, ce sport a connu un vrai regain d'intérêt dans les années 90 avec notamment Philippe Candeloro le couple des frères et soeurs Duchesnay ou encore celui composé de Marina Anissina et Gwendal Peizerat, champion olympique en 2002. 

Personnellement, j'ai toujours apprécié cette discipline, car, sans forcément en comprendre tous les aspects techniques, je trouve ce sport à la fois impressionnant physiquement et joli visuellement. Et puis, ça me rappelle ma jeunesse à regarder le patinage avec ma maman, qui en a longtemps fait, et qui pouvait me décrypter en direct les sauts des athlètes. Moi, personnellement, entre un lutz, un axel ou un piqué, je n'ai jamais réussi à voir de différences, et j'ai un immense respect pour ceux qui y arrivent !

  •  Raphaël
  •  01.03.2018, 18:00

BILAN DES JO 2018 - BILAN PATINAGE ARTISTIQUE 1/2

  • Actualité
  • Sport-Divers



RETROUVEZ AUJOURD'HUI LA PREMIÈRE PARTIE DE CE BILAN

(LA SUITE DEMAIN)

Avec le patinage artistique, on parle là d'une discipline historique des Jeux Olympiques, en 1924 à Chamonix, ce sport était déjà présent pour la première édition des Jeux d'Hiver. Mieux, en 1908, lors des Jeux d'Eté de Londres, il y avait une compétition de patinage artistique ! Depuis, cela a toujours fait partie des temps forts et, en France, ce sport a connu un vrai regain d'intérêt dans les années 90 avec notamment Philippe Candeloro le couple des frères et soeurs Duchesnay ou encore celui composé de Marina Anissina et Gwendal Peizerat, champion olympique en 2002. 

Personnellement, j'ai toujours apprécié cette discipline, car, sans forcément en comprendre tous les aspects techniques, je trouve ce sport à la fois impressionnant physiquement et joli visuellement. Et puis, ça me rappelle ma jeunesse à regarder le patinage avec ma maman, qui en a longtemps fait, et qui pouvait me décrypter en direct les sauts des athlètes. Moi, personnellement, entre un lutz, un axel ou un piqué, je n'ai jamais réussi à voir de différences, et j'ai un immense respect pour ceux qui y arrivent !

Quand on connaît la passion des asiatiques pour les patineurs (parfois considérés comme des demi-dieux), ces Jeux Olympiques promettaient une sacrée compétition....

  •  Raphaël
  •  28.02.2018, 19:30

BILAN DES JO 2018 - BILAN BIATHLON 2/2

  • Actualité
  • Sport-Divers



RETROUVEZ AUJOURD'HUI LA DEUXIÈME PARTIE DE CE BILAN

PREMIÈRE PARTIE ICI

Le biathlon reste le sport pour lequel j’ai le plus d’attentes lors des Jeux Olympiques, parce que c’est une discipline que je suis depuis de très nombreuses années et qui me fascine toujours autant par sa capacité à rebattre les cartes, même quand on ne l’attend plus du tout… Le grand public découvre peu à peu ce sport assez exceptionnel, du fait de la réussite exceptionnelle de Martin Fourcade ainsi que de la diffusion en clair (sur la Chaine L’Equipe) de toutes les épreuves depuis maintenant deux ans.

Pour ce bilan, j’ai fait appel aux connaissances de mon ami Axel, tout aussi féru de biathlon que moi et qui va apporter ici un autre regard sur ces quinze jours où on sera passé par à peu près toutes les émotions… Pour chacune des catégories ci-dessous, nous avons choisi une réponse que nous développons.

Place maintenant à un bilan général de ces quinze jours de compétition !

Vous retrouverez également en dessous les tableaux des médailles.

  •  Timothée & Axel
  •  27.02.2018, 18:00

BILAN DES JO 2018 - BILAN BIATHLON 1/2

  • Actualité
  • Sport-Divers



RETROUVEZ AUJOURD'HUI LA PREMIÈRE PARTIE DE CE BILAN

(LA SUITE DEMAIN)

Le biathlon reste le sport pour lequel j’ai le plus d’attentes lors des Jeux Olympiques, parce que c’est une discipline que je suis depuis de très nombreuses années et qui me fascine toujours autant par sa capacité à rebattre les cartes, même quand on ne l’attend plus du tout… Le grand public découvre peu à peu ce sport assez exceptionnel, du fait de la réussite exceptionnelle de Martin Fourcade ainsi que de la diffusion en clair (sur la Chaine L’Equipe) de toutes les épreuves depuis maintenant deux ans.

Pour ce bilan, j’ai fait appel aux connaissances de mon ami Axel, tout aussi féru de biathlon que moi et qui va apporter ici un autre regard sur ces quinze jours où on sera passé par à peu près toutes les émotions… Pour chacune des catégories ci-dessous, nous avons choisi une réponse que nous développons.

Place maintenant à un retour sur les courses individuelles puis sur les relais.

Vous retrouverez également en dessous l’intégralité des podiums.
 

Bonne lecture !

  •  Timothée & Axel
  •  26.02.2018, 18:00

BILAN DES JO 2018 - BILAN GLOBAL

  • Actualité
  • Sport-Divers



Après plus de deux semaines de compétitions, de nuits parfois un peu plus courtes que les autres, de polémiques que certains ont le don de fabriquer, d’exploits en tout genre, de blagues plus ou moins drôles des commentateurs, de records, les Jeux Olympiques de PyeongChang ont pris fin aujourd’hui. C’est toujours pour moi un moment triste de voir ce qui est une sorte de parenthèse se refermer, autant parce qu’on a passé deux semaines dans une ambiance différente, que parce qu’on se dit qu’il faudra attendre un peu plus de deux ans pour retrouver cette fièvre olympique (même si, d’ici-là, plein d’autres événements sportifs m’auront bien occupé, je ne m’inquiète pas !). Les Jeux Olympiques d’Hiver ont ceci de paradoxal pour moi qu’il y a sans doute les sports parmi lesquels je suis le plus capable de me motiver (le biathlon et le ski alpin notamment) mais, globalement, un manque de densité qui fait que l’effet complètement « hypnotisant » des Jeux Olympiques d’été peine à faire effet.

Pour le bilan de cette vingt-troisième édition des Jeux Olympiques d’hiver, je vais d’abord proposer un article général qui revient, sous forme de questions / réponses sur les principaux éléments de cette quinzaine et surtout sur ce que j’ai regardé (je vais franchement avoir du mal à vous débriefer le tournoi de curling ou les performances néerlandaises au patinage de vitesse). Puis, deux autres articles seront écrits avec ou par des invités exceptionnels, des amis connaisseurs de certains sports qui vous feront partager leurs impressions sur ces Jeux Olympiques : Axel pour le biathlon et Raphaël pour le patinage artistique.

  •  Timothée
  •  25.02.2018, 18:30

L'ENFANT PERDUE D’ELENA FERRANTE

  • Actualité
  • Lecture

Elena a quitté son mari et est partie vivre avec son amour de jeunesse, Nino. Sa carrière d’écrivain continue de prendre de l’essor et sa vie se complique toujours plus, notamment par rapport à ses deux filles. Lila, elle, est restée à Naples et l’entreprise d’informatique qu’elle a créé continue de prospérer. Alors qu’elles atteignent l’âge adulte, les deux amies d’enfance vont continuer à se croiser, se perdre et se retrouver…

 

Ca y’est, c’est fini… J’attendais depuis un certain temps le dernier tome de cette saga dont j’avais débuté la lecture il y a plus d’un an et demi et qui m’aura tenu en haleine jusque maintenant (les autres tomes : iciici et ). Car, oui, les aventures d’Elena et sa relation avec Lila sont toujours aussi passionnantes et nous entrainent encore et toujours dans un tourbillon de joies, de drames et d’émotions contradictoires. Tout cela au cœur d’une ville et d’un pays en pleine mutation et on peut d’ailleurs un peu regretter que le contexte assez noir de ces années 70 italiennes (les « fameuses » Années de plomb) soit trop laissé en arrière-plan. Mais ce qui intéresse vraiment l’auteur, c’est bien le lien à la fois indéfectible et compliqué entre deux jeunes femmes que les circonstances de la vie (et sans doute également leurs aspirations profondes) ont éloigné, puis rapproché, puis de nouveau éloigné… Comme toujours, Elena Ferrante possède ce talent assez dingue pour se jouer du temps, profitant d’un paragraphe pour faire passer une dizaine d’années et mettant quatre pages pour décrire le plus précisément possible les sentiments qui habitent son personnage.

 

Certains passages sont sublimes...

  •  Timothée
  •  23.02.2018, 18:00

SANGLIERS D’AURÉLIEN DELSAUX

  • Actualité
  • Lecture



Les Feuges est un petit hameau situé en Isère, entre Lyon et Grenoble, sorte d’exemple parfait d’un nouvel espace périurbain, où les lotissements sont remplis d’une population venue chercher des loyers moins chers et une vie à la campagne et où les commerces et les traditions se meurent petit à petit. Pendant plusieurs années, on va suivre l’évolution de plusieurs personnes vivant dans un espace en profonde mutation.

Mon papa ayant entendu que ce livre se déroulait dans une commune (fictive, autant le dire d’entrée de jeu)  de l’Isère, pas si loin de là où j’habite, et qu’il avait été plutôt bien reçu par la critique, il a décidé de me l’offrir. Bien lui en a pris car si j’ai mis du temps à rentrer dedans (j’ai du mal à savoir si c’est le livre en lui-même ou bien tout ce qui se passait dans ma vie personnelle quand je l’ai commencé), c’est vraiment le genre d’œuvre qui finit par prendre le lecteur et à ne plus le lâcher. Il faut se faire au départ à un rythme assez singulier, qui passe d’un personnage à un autre, entrecoupé d’histoires ou de légendes du coin. On ne comprend pas toujours tout dans les cent premières pages car tout est fait pour que l’on rentre dans ce village, et les familles qui l’habitent comme un observateur qui ne saurait presque rien de ce qui s’y trame. Assez vite, on va comprendre tous les enjeux qui se trament, autour du seul bistrot du coin ou encore avec le Chef, cet homme répugnant mais respecté.

 

La galerie de personnages est fournie, et on peut regretter que certains soient un peu trop caricaturaux par moments et que d’autres soient oubliés en cours de route, mais cette dimension de fresque est quand même assez impressionnante puisque les générations se croisent...

  •  Timothée
  •  26.01.2018, 17:30

LETTRE AU RUGBY

  • Actualité
  • Sport-Divers



Cela fait un certain temps que je trouve que cette discipline évolue dans la mauvaise direction. Et je me considère en quelque sorte comme complice des modifications dans ce sport en continuant à le regarder à la télé quand je le peux. Mais je n’avais encore jamais franchi le pas de me dire qu’il fallait que j’arrête de m’y intéresser afin d'arrêter de cautionner tout cela.

Je crois que les images d’hier soir (un jeune joueur mis KO par une charge et soigné pendant de longues minutes sur le terrain, avec des draps blancs autour, comme lors d’une scène de crime) m’ont définitivement fait basculer et me font m’interroger très sérieusement sur le fait de regarder ou pas les prochaines échéances télévisées et notamment le Tournoi des VI Nations.

Ça valait bien une petite lettre d'explication...

 

Cher Rugby,

Dans mon lien avec le sport, tu as forcément une place importante. Parce que, d’abord, tu es l’une des disciplines les plus accessibles au niveau télévisuel puisqu’il y a beaucoup de rencontres diffusées sur des chaînes en clair, que ce soit au niveau international ou européen. Et puis, ce sont de nombreux souvenirs d’enfance, notamment cette deuxième mi-temps magique contre les Blacks, en demi-finale de la Coupe du Monde 1999, ou encore ces samedi après-midi d’hiver passés avec mon papa à regarder un France-Irlande ou un bon vieux Crunch des familles...

  •  Timothée
  •  08.01.2018, 17:30