Toggle navigation
TimFaitSonCinema

L'ANOMALIE DE HERVÉ LE TELLIER

 L'Article


Hervé Le Tellier

Quelque chose de complètement inimaginable  se produit lors d’un vol Paris-New York et entraine toute une galerie de personnages, et le Monde dans son ensemble, dans une expérience hors du commun. Troublante et intense, celle-ci va remettre en perspective un grand nombre de leurs certitudes, sur eux-mêmes notamment.

 

Dans une année 2020 qui aura été toute chamboulée dans le monde de la culture, il est tout de même resté quelques boussoles et l’une d’elle est bien évidemment la proclamation du Prix Goncourt, le plus important et le plus renommé pour les ouvrages français, remis cette année un peu plus tard que d’habitude. Et c’est finalement Hervé Le Tellier qui a remporté la timbale ave L’Anomalie. Alors que son livre se vendait déjà pas mal, cette récompense a complètement boosté les ventes et L’Anomalie est devenu un véritable phénomène d’édition puisque c’est le deuxième livre plus vendu en 2020, juste derrière L’Enigme de la chambre 622 de Joël Dicker. Personnellement, ce que j’en avais entendu me faisait envie et j’ai eu la chance qu’on me l’offre pour les fêtes de fin d’année. Et si cette critique arrive un peu plus tard dans l’année, ce n’est pas que j’ai mis du temps à lire le roman, mais plutôt à trouver le temps de mettre en mots ce que j’ai pu ressentir à la lecture. Car, autant le dire tout de suite, L’Anomalie est un livre qui se lit très bien et que, personnellement, j’ai dévoré et beaucoup apprécié.

 

C’est d’abord un roman dont il est difficile de faire un résumé, notamment car il est nécessaire de ne pas trop en dévoiler sur l’événement principal, autour duquel s’articulent toutes les histoires. Car elles sont très nombreuses, ces histoires. Dans la première partie, on suit alternativement une petite dizaine de personnages très différents, allant du tueur à gages au chanteur pop à succès, en passant par une avocate ou un architecte. Ce qui marque au premier abord, c’est la manière qu’a Hervé Le Tellier de changer de style en fonction des chapitres : on navigue ainsi du polar au roman psychologique, en n’oubliant pas le récit plus sentimental. C’est comme si, dans un film, on changeait complètement d’esthétique dès qu’on change de personnage. Et l’auteur parvient à faire cela sans que cela ne paraisse bizarre ou surfait : c’est juste naturel. Survient alors l’événement, tellement extraordinaire qu’il pourrait être le point de départ d’une série américaine à succès (quelque chose du genre de The Leftovers –  ce qui me permet de rappeler à quel point cette série est d’une beauté et d’une force stupéfiante – ou Manifest – que je n’ai pas vu, pour le coup) et qui, en fait, nous plonge dans une sorte de thriller à multiples tiroirs.

 

Il y a chez Le Tellier une vraie habilité à tenir le lecteur en haleine –on a quand même envie de comprendre ce qu’il s’est passé – tout en traitant un nombre de sujets assez incalculable et allant du commun au plus individuel. En effet, L’Anomalie propose en effet des réflexions (à des degrés divers) sur les religions, sur la science ou encore sur la géopolitique mais va aussi parfois effleurer avec beaucoup de retenue et de délicatesse des sujets durs et violents (le cancer ou l’inceste par exemple). Et, autour du point central du roman, plein de questions peuvent se poser pour le lecteur sur le sens de la vie, les choix que l’on fait ou que l’on ne fait pas,… Dit comme cela, ça peut faire u peu bateau, mais, justement, Le Tellier nous pousse sans cesse à aller plus loin dans nos réflexions. En ce sens, L’Anomalie est un livre vraiment malicieux, assez fascinant dans cette manière qu’il a d’être une somme cohérente de beaucoup de styles, plein de petites trouvailles, mais qui fait également réfléchir son lecteur. On aurait presque envie d’aller plus loin avec de nombreux personnages qui, finalement, ne sont pas vraiment traités comme on aurait pu l’espérer. Ainsi, l’auteur a parlé lui-même d’une adaptation en série et ça ne m’étonne pas du tout. Il y a tout pour en faire quelque chose de vraiment chouette. J’espère donc que ça suivra en termes de réalisation !!


« Il a sorti son carnet, un stylo, il tente de s’abstraire des cris, du bruit, il prend des notes : « Épuisement d’un lieu improbable ». Mais non. Pourquoi marcher à l’ombre de Perec ?
Pourquoi ne s’affranchit-il jamais des influences, des figures tutélaires ? Pourquoi, quand il ne craint pas d’être un imposteur, n’est-il qu’un gamin en quête d’adoubement ?
Posément, il inscrit « 
Mode avion ».»


Hervé Le Tellier nous offre ici un ouvrage assez fascinant, où une multitude de genres – de la science-fiction, à l’espionnage, en passant par le sentimental et même le drame le plus pur – se répond sans jamais vraiment créer de cacophonie. Cela donne au final un roman original, qui fait réfléchir et qui procure un vrai plaisir de lecture. Honnêtement, il n’y a pas grand-chose de plus à demander !



L'Anomalie



Avatar Gravatar

jct 12.01.2021, 14:15

Tim,

Entièrement d'accord avec toi. Ce roman est une réussite, d'abord par son implacable originalité qui tranche avec les autofictions à la mode, ensuite parce qu'il nous pousse à réfléchir, enfin parce qu'il sait nous surprendre. Un bon cru pour le Goncourt, un succès mérité. Et bravo pour ton analyse toujours pertinente.


 Rédiger Un Commentaire