Toggle navigation
TimFaitSonCinema

/20

9  HHhH

affiche_du_film On suit l’ascension fulgurante de Reinhard Heydrich qui, poussé par sa femme, deviendra un des plus hauts dignitaires nazis, notamment en tant que Directeur de la Gestapo, puis comme principal instigateur de la solution finale. Il sera assassiné par un groupe de résistants dont l’histoire est également racontée ici.

HHhH a la particularité d’être un long métrage qui contient en son sein deux films bien distincts. Le souci, c’est que les deux sont ratés, le premier étant bien trop descriptif et le deuxième sombrant assez vite dans l’attendu puis le ridicule. Dans l’ensemble, l’esthétisation à outrance de la mise en scène m’a assez rapidement gêné et même choqué. Gros ratage…

14  YOUR NAME.

affiche_du_film Mitsuha et Taki sont deux adolescents du Japon d’aujourd’hui que tout oppose. Elle vit dans les montagnes et lui à Tokyo. Pourtant, à travers leurs rêves, ils vont se rencontrer et même échanger leurs corps. Une relation unique va naître entre eux. Au point de pouvoir transformer le cours de l’histoire ?

Visuellement irréprochable et même magnifique par moments, Your Name. m’a malheureusement moins convaincu avec son histoire un peu trop alambiquée et incohérente pour vraiment me toucher. Mais ça reste tout de même un film d’animation qui sort du lot et qui mérite de s’y intéresser de près.

12  L'AMANT DOUBLE

affiche_du_film Chloé est une jeune femme particulièrement fragile qui débute une thérapie. Rapidement, la relation avec Paul, le psychiatre, change et ils finissent par tomber amoureux et emménager ensemble. Pour autant, Chloé ne va pas beaucoup mieux, d’autant qu’elle se rend compte que Paul n’est peut-être pas complètement celui qu’il dit être…

Avec L’amant double, François Ozon renoue véritablement avec sa veine de l’étrange et du pervers. C’est franchement déroutant et on peut prendre un certain plaisir à être manipulé de la sorte. Malheureusement, le côté bien trop démonstratif de la mise en scène et la performance agaçante de Marine Vacth ont été des obstacles rédhibitoires pour réellement apprécier cette œuvre. 

13  LES FANTÔMES D’ISMAËL

affiche_du_film Ismaël est réalisateur et va très prochainement tourner un film qui raconte l’histoire de son frère, mi-diplomate, mi-espion. Il vit depuis peu une histoire d’amour avec Sylvia, qui lui fait oublier Carlotta, disparue vingt ans plus tôt. Mais celle-ci réapparaît, plongeant Ismaël dans des tourments qu’il n’aurait peut-être pas imaginé.

Drôle de long métrage qu’il n’est pas facile d’appréhender, Les fantômes d’Ismaël propose en fait plusieurs films en un seul, avec une multitude de thèmes qui se rencontrent et qui ne sont pas toujours traités de la meilleure des manières. Quelques belles séquences en font un objet cinématographique intéressant mais qui a peiné à véritablement me convaincre.

16  VOYAGE OF TIME - AU FIL DE LA VIE

affiche_du_film De sa création jusqu’à sa mort, ce documentaire nous propose de découvrir en images l’histoire de notre Terre, dont la vie, et particulièrement celle des humains, n’est qu’une infime partie.

Extra-ordinaire, au sens littéral du terme, Voyage of time est une expérience de cinéma unique, sensorielle et envoûtante, avec une qualité d’image absolument exceptionnelle. Je n’ai pas forcément trouvé tout parfait ou même convaincant mais l’ensemble m’a transporté dans une autre dimension, comme si le temps était suspendu. Et ça, c’est déjà une jolie réussite !

14  ET LES MISTRALS GAGNANTS

affiche_du_film Cinq jeunes enfants (entre six et neuf ans) ont chacun une grave maladie. Celle-ci bouleverse leur quotidien et celui de leur famille, et les oblige à des soins réguliers. Pourtant, avec leur optimisme et une force de vie inégalable, ils nous prouvent qu’ils peuvent continuer à rire, à jouer et à espérer, même si leur existence n’est pas toujours simple.

Anne-Dauphine Julliand livre là un joli documentaire, qui, sur un sujet franchement pas évident au départ, parvient à trouver une distance convenable pour ne pas tomber dans le larmoyant. Pour autant, je n’ai pas été plus convaincu que cela, notamment du fait d’une construction un peu bancale et d’une réalisation bien trop plate pour réellement émouvoir. 

16  THE LOST CITY OF Z

affiche_du_film Au début du Vingtième Siècle, le Colonel britannique Percy Fawcett se voit envoyé en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Il ne reviendra pas pareil de ce voyage et n’aura plus qu’une obsession dans sa vie : retrouver une mystérieuse cité antique dont il est persuadé d’avoir trouvé des premiers signes. Au risque de mettre sa vie de famille en danger…

Avec ce projet hyper ambitieux, James Gray prouve qu’il est capable de changer de registre, tout en offrant au spectateur du cinéma classique de grande qualité. Très riche à tous les niveaux et vraiment passionnant par moments, The Lost City of Z perd peut-être un peu en force dans ces allers-retours incessants et son interprète manque de trop de charisme pour porter le long métrage encore plus haut.

15  MOONLIGHT

affiche_du_film Trois moments de la vie de Chiron, entre enfance et âge adulte. Au cœur d’un quartier pauvre de Miami, il doit se frayer un chemin dans un contexte plus que compliqué. Entre un milieu familial délétère et une scolarité où il n’est pas accepté par les autres élèves, Chiron va devoir apprendre à se construire en tant qu’homme, avec toute sa personnalité…

Moonlight est un long métrage qui met un peu de temps à démarrer, notamment du fait d’une réalisation assez agaçante, et qui monte en puissance pour culminer dans une dernière partie vraiment intense. Barry Jenkins a le mérite de s’attaquer frontalement et sans se défiler à des sujets pas évidents. Cela valait-il pour autant un Oscar du Meilleur Film ? Je suis franchement bien plus partagé.

16  LOVING

affiche_du_film En 1958, aux Etats-Unis, dans l’Etat de Virginie, Richard et Mildred s’aiment et veulent fonder un foyer. Sauf que lui est blanc et elle noire, ce qui ne les autorise pas à se marier. Ils vont le faire dans l’Etat voisin mais sont arrêtés et sont condamnés à aller vivre ailleurs. Dans le contexte de la bataille pour les droits civiques, leur affaire sera portée devant les plus hauts tribunaux…

En se tenant vraiment au plus proche de ses deux personnages principaux, parfaitement interprétés par Joel Edgerton et, surtout, la grande découverte qu’est Ruth Negga, Jeff Nichols évite de nombreux pièges et livre finalement un film très personnel et particulièrement touchant. L’ensemble manque parfois un peu de rythme, notamment dans la deuxième heure, et peut paraître un peu froid mais ça reste du très bon cinéma, tant sur la forme que sur le fond.

12  LION

affiche_du_film Saroo est un jeune garçon de cinq ans qui vit à proximité d’une grande ville indienne. Un soir, il accompagne son frère afin de travailler avec lui. Mais celui-ci disparaît et Saroo se retrouve seul. Se réfugiant dans un train, il se réveille bien plus loin. Perdu dans la grande vile, il va devoir lutter pour survivre. Vingt ans plus tard, on retrouve Saroo qui part à la recherche de son passé…

Sans être vraiment mauvais, Lion est un long métrage qui m’a finalement bien plus agacé qu’autre chose. Ce qui m’a le plus dérangé est sans doute cette manière d’en rajouter à tous les niveaux autour d’une histoire qui, en elle-même, était suffisamment forte pour émouvoir et méritait plutôt un traitement sobre pour gagner en efficacité. Il y avait pourtant tout, ce qui est peut-être le plus frustrant, d’ailleurs…