Toggle navigation
TimFaitSonCinema
Dans les années 1930, en Algérie, Younes est encore un jeune enfant quand il est confié à son oncle. Il va alors être élevé comme un pied noir, dans un petit village à proximité d’Oran. Des amitiés vont se créer mais l’arrivée d’une fille et les évènements extérieurs vont tout changer.

La date de sortie du film:

12.09.2012

Ce film est réalisé par

Alexandre ARCADY

Ce film est tagué dans:

Drame historique

Chargement...



2012 AU CINÉMA - BILAN COMPLET

RETROUVEZ CE BILAN AINSI QUE TOUTES LES CRITIQUES PUBLIÉES CETTE ANNÉE DANS UN CAHIER TÉLÉCHARGEABLE ICI

ÉDITO

2012 était comme chacun sait une année bissextile. Cela me donnait donc un jour de plus pour aller dans les salles obscures. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’en ai profité puisqu’en 366 jours, j’ai vu 119 longs métrages différents. Forcément, au milieu d’une telle masse, j’ai vu des choses intéressantes, et d’autres qui l’étaient moins ; j’ai eu des confirmations et découvert de nouveaux artistes ; j’ai été ému et je suis parfois resté totalement insensible à ce qui était projeté devant moi ; j’ai pleuré et j’ai ri. Mais, dans l’ensemble, j’ai trouvé que 2012 était plutôt un bon cru, notamment pour le cinéma français, et nous ne pouvons que nous en réjouir.

En effet, alors que les années précédentes, c’étaient la plupart du temps des films étrangers – souvent américains – qui me faisaient le plus vibrer, 2012 marque une évolution puisque mes trois films préférés sont des œuvres entièrement hexagonales (et aussi des drames, mais là n’est pas la question). C’est sans doute plus un épiphénomène qu’autre chose mais cela démontre surtout qu’il n’y a aucune raison de faire une distinction si nette entre ce qui vient de nos frontières et les films étrangers, américains notamment. Il peut y avoir de très grandes réussites, dans des styles très différents, partout dans le monde. C’est là une des forces et une des richesses du cinéma d’aujourd’hui.

Néanmoins, aucun long-métrage ne m’a réellement fait monter au plafond comme certains les années précédentes....

  •  Timothée
  •  10.01.2013, 06:55

CE QUE LE JOUR DOIT À LA NUIT DE YASMINA KHADRA

Sur plus de quatre-vingt ans, on suit le destin de Younes, jeune enfant né dans la campagne algérienne et qui verra sa vie bousculée par divers évènements : le fait qu’il soit recueilli par son oncle et qu’il déménage dans un village où une très forte amitié le liera à d’autres enfants, l’arrivée d’Emilie, jeune femme qui va bouleverser ce groupe d’amis, la mort de ses êtres proches. Et tout cela dans le contexte de la deuxième guerre mondiale puis de la volonté du peuple algérien de revendiquer son autonomie, qui va aboutir à une deuxième guerre, encore plus violente pour le peuple algérien…

Ca faisait quand même plus qu’un certain temps que ce livre trainait dans la pile des romans à lire. J’ai en effet enchaîné trois Yasmina Khadra il y’ a quatre ou cinq ans et j’avais trouvé dans l’ensemble que c’était pas mal du tout. Quand j’ai vu qu’il y allait avoir tout bientôt (elle sort demain) une adaptation au cinéma, je me suis dit qu’il fallait vraiment que je le lise avant. En très peu de temps, c’était réglé car c’est vraiment le type de livre qui se parcourt assez facilement, et cela en grande partie parce qu’on a envie de connaître la suite des aventures du héros : Younes / Jonas.

L’ambition du livre est de raconter à travers la vie d’un tout jeune garçon qui deviendra un homme les évolutions majeures qu’a connu l’Algérie au cours du Vingtième Siècle. L’histoire commence dans le début des années 30 pour se finir aujourd’hui avec, tout de même, plusieurs passages qui sont plus mis en lumière, comme la période de la Deuxième Guerre Mondiale et, surtout, celui de la guerre d’indépendance de l’Algérie. Le personnage central traverse tous ces évènements de façon assez étrange puisqu’il a été recueilli par son oncle qui lui offre alors une éducation...

  •  Timothée
  •  11.09.2012, 19:01

LE MOIS PROCHAIN AU CINEMA # 13 : SEPTEMBRE 2012

Cette fois-ci, c’est la rentrée et après un mois d’août qui a été (comme prévu) très pauvre en séances de cinéma, il va bien falloir un mois pour rattraper tout cela. D’ailleurs, c’est plutôt une bonne chose car le début du mois est bien tranquille que les deux derniers mercredi où il ya quand même du lourd qui sort. Au finale, cela donne un mois de septembre riche en longs-métrages de styles très différents et qui pourraient valoir plus qu’un simple coup d’œil.



· Mercredi 5 Septembre

- Le Guetteur de Michele Placido :

Il y a maintenant sept ans, j’avais adoré Romanzo Criminale, grande fresque de plus de deux heures trente sur une bande criminelle. Pour son premier film en France, il reste dans ce milieu-là et part avec un commissaire à la recherche d’un mystérieux sniper. S’il a toujours le même talent dans la réalisation, ça peut valoir le coup.

Video



· Mercredi 12 Septembre

- Ce que le jour doit à la nuit d’Alexandre Arcady:

Je ne connais que très peu le cinéma d’Alexandre Arcady mais, par contre, j’apprécie plutôt les livres de Yasmina Khadra, dont...

  •  Timothée
  •  02.09.2012, 21:15